Parasites intestinaux & Vermifuges

Traiter son animal, c'est protéger notre Santé et celle de notre famille !

 

Certains agents infectieux sont dits zoonotiques. C'est-à-dire qu’ils peuvent infecter les animaux, mais aussi les humains.

 

En prévention il est donc important :

  • de traiter régulièrement son animal au vermifuge
  • de consulter son médecin pour soi-même recevoir un traitement vermifuge
  • de se laver les mains après avoir joué avec son animal, et principalement avant de manger
  • d’apprendre aux enfants les risques de contamination
  • d’éviter d’exposer son animal à des sources importantes d’infections (p.ex. les zones où beaucoup d’animaux vont déféquer en promenade)
  • de ramasser les crottes, pour éviter de contaminer l’environnement avec des larves et œufs de parasites
  • de laver les chiens, pour éviter que des œufs ne restent dans leur pelage

Traitement vermifuge préventif

 

Pour les chiots et chatons aux âges de 2, 4, 6 et 8 semaines ; puis tous les mois jusqu’à l'âge de 6 mois.

Sans oublier de traiter la mère, souvent source de l’infestation.

 

Chez l’adulte un minimum de 4 traitements par an est recommandé.

Pour les chats, à la condition qu’ils n’aient aucun accès extérieur (et ne soient pas en contact avec un animal qui sort !), 1 traitement par an peut être suffisant.

 

Un traitement mensuel est recommandé pour les animaux en chenils, pensions ou refuges ainsi que chez le animaux qui vivent dans une région où le ver plat du renard Echinococcus multilocularis est présent soit en Belgique au sud du sillon Sambre-et-Meuse.

 

Il est judicieux de changer de molécules lors des différents traitements afin d’éviter la sélection de parasites résistants.

 

Les vermifuges oraux peuvent causer une salivation excessive de courte durée.

Le traitement vermifuge peut occasionner une légère diarrhée transitoire.

Comment nos animaux attrapent- ils des vers parasites ?

 

Cela varie suivant le type de ver :

  • en chassant de petites proies qui contiennent des larves
  • en mangeant de la viande crue
  • par l'ingestion de matières fécales contenant des œufs ou des larves de parasites (p.ex. en marchant dans des matières fécales au moment de la promenade puis en se léchant les pattes une fois rentré)
  • par l’ingestion accidentelle de puces ou de poux qui sont hôte intermédiaire de certains parasites
  • via le lait maternel lorsque les larves de parasites migrent dans le corps de la mère

 

Principaux vers parasites du chien et du chat avec leurs voies d'infestation

 

Les nématodes, vers ronds :

 

Toxocara spp. ingestion de petites proies contenant des larves, de matières fécales contenant des œufs ou par le lait maternel

Ancylostoma spp. ingestion d’œufs dans les matières fécales ou migration de larves au travers de la peau

Trichuris vulpis ingestion d’œufs dans les matières fécales

Le ver du cœur et des poumons Angiostrongylus vasorum par l'ingestion d'amphibiens contaminés (grenouilles…)

 

Les vers du cœur et sous-cutanés Dirofilaria immitis & repens ne sont pas encore présents en Belgique mais présentent un risque lors de voyages en Europe de l’Est et du Sud

 

Les cestodes, vers plats :

 

Echinococcus spp. ingestion viande contenant des larves ou matières fécales contenant des œufs

Dipylidium caninum ingestion accidentelle de puces ou de poux qui sont un hôte intermédiaire du vers parasite

Taenia spp. ingestion de petites proies contaminées par le parasite (lapin, rongeurs…)

 

 

 

 

Pour des fiches pratiques et d’avantage d’informations vous pouvez consulter le site de

 l’European Scientific Counsel Companion Animal Parasites, 2015,

http://www.esccap.fr/

Le cabinet

Accueil

Tarifs

Fiches info

Contact

Conditions générales